Le concept

Par divers programmes, cette association entend créer des communautés résilientes et permettre l’accès à des ressources alimentaires saines pour tous !

Origine du projet

Créé en 2011 par Adam Kohl, cette association a une mission : permettre l’accès à une alimentation saine pour tous ! Pour cela, elle transforme des terres privées ou publiques non utilisées en jardins de quartier, où une alimentation saine, une communauté résiliente et des opportunités économiques se développent ensemble.
Cette association compte 3 programmes:

  • un programme éducatif dans 5 écoles autour de l’environnement et du jardinage car c’est aussi et surtout les générations futures qu’il faut éduquer. Les enfants ont pendant 30 min une fois par mois, la possibilité de découvrir un thème autour des plantes, des pollinisateurs… Un programme “après l’école” est également en place où les enfants viennent 1 à 2h, 2 fois par semaine

  • un programme de jardins communautaires, pour faire pousser sa propre nourriture près de chez soi et partager le surplus avec ses voisins. L’association en a développé 10 dans la ville de Portland.

  • un programme d’aide au réfugiés et migrants par la création de fermes urbaines: des  agriculteurs venant de Birmanie et du Népal peuvent cultiver un terrain et ensuite vendre la production.

Portland, ville verte !

C’est en effet une des premières choses que nous avons constatées : rares sont les maisons qui n’ont pas sur leur porche une multitude de plantes vertes et de bacs de culture ! Le jardinage et la pousse de légumes et de fruits devant chez soi est chose courante à Portland. De plus, c’est la première ville américaine à avoir adopté un programme de réduction des émissions de CO2! Enfin, son programme “Urban Growth Boundaries” permet de limiter l’étalement urbain et ainsi préserver les alentours de la ville.

La nourriture, vecteur de culture !

L’Oregon compte aujourd’hui une population asiatique et hispanique très importante ! Par la création de jardins communautaires au sein des populations immigrées, ces habitants ont la possibilité de faire pousser des légumes et fruits qu’ils ont l’habitude de manger mais que l’on ne trouve pas dans les supermarchés classiques ! C’est ainsi un moyen pour eux de continuer à entretenir la culture de leur pays d’origine par la cuisine !

Un contact