Les amis du champs des possibles

#Communauté Durable

Le concept

Réappropriation d’un espace vert public par les citoyens

Stage/Bénévolat

Dans l’immédiat, pas de stagiaire mais à long terme qui sait ? En tout cas, n’hésitez pas à vous informer auprès d’eux car les choses évoluent vite !

La petite histoire de ce bel espace vert

Le Champs des possibles se situe sur le site d’une ancienne gare de triage ferroviaire dont l’activité s’est arrêtée dans les années 70. Depuis, l’espace a été laissé à l’abandon et les polluants résultants de son activité ont engendré une contamination importante du sol. Aucun effort de décontamination n’a été fait et pourtant une flore très diversifiée s’y est développée. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. D’une part, un couvent situé à côté du parc possède un jardin rempli d’arbres fruitiers dont les graines, portées par le vent, sont venues se déposer dans le parc où de nouveaux arbres fruitiers se sont développés. D’autre part, les nombreux trains qui ont parcouru la voie ferrée ont permis la dispersion des graines venues de tout le Canada, contribuant également à enrichir le site avec diverses espèces végétales.

    Constatant la richesse de la biodiversité floristique et faunistique de cette friche, les citoyens ont décidé d’agir pour la conserver et l’entretenir. Le temps passant, la ville a voulu construire sur cette friche mais les citoyens s’y sont opposés. Ancien site industriel, ce lieu est source d’inspiration pour les artistes, d’éducation pour les petits et les grands, de loisirs et de rencontre à la belle saison. Pour cette diversité sociale, scientifique et culturelle qu’apporte le parc, il est baptisé « Le champs des possibles ».

En 2010 un organisme à but non lucratif composé de citoyen et appelé “Les amis du champs des possibles” est mis en place.

En 2013, le zonage du Champs des possibles change. On ne parle plus de friche urbaine mais de véritable “parc”. L’espace est donc reconnu par la ville. Le parc est désormais en co-gestion entre le comité de citoyen et l’arrondissement ce qui en fait un lieu à l’organisation complexe.

    C’est en 2013 que Caroline, qui a pris le temps de nous recevoir, rejoint l’aventure en devenant chef de projet pour la réhabilitation du parc. Le terrain du Champs des possibles étant pollué, les démarches administratives sont plus lentes. De plus, la richesse de la biodiversité est peu connue, la valeur du parc est donc sous-estimée. Caroline réalise alors un immense travail de sensibilisation, de mobilisation et d’information. Elle considère qu’il faut avoir une approche très systémique dans la résolution du problème de la contamination. Le couvert végétal et les citoyens font partie de la solution. Ainsi la dépollution du site est un enjeu majeur sur lequel elle informe les habitants.

Les objectifs des “Amis du Champs des Possibles”

Au delà de ce problème de pollution des sols, ce parc a plusieurs grands objectifs :

    – Instruire, à travers des visites du parc, des panneaux informatifs, des herbiers, des évènements (la chasse aux papillons !)

    – Responsabiliser, en donnant aux citoyens toutes les clés pour s’occuper eux même de cet espace vert. Le but étant de réglementer l’espace au minimum, pour que chacun y trouve son intérêt, en appliquant le proverbe : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres »

    – Rassembler autour d’événements, de concerts, d’actions vertes

C’est projet est très novateur, surtout dans sa gestion de l’espace, mais ne peut malheureusement pas avancer aussi vite que souhaité, faisant face à des enjeux divers, politiques, financiers, ou autres.

Suivi sur Facebook par des milliers de personnes, “Les amis du champs des possibles” prouve que les citoyens, par conviction, sont acteurs de leur quotidien et que l’espace public nous appartient à tous.

Un contact

Entre de Gaspé et Henri-Julien, sur l’axe St.Viateur H2T 2A3 Montréal

Caroline Magar Bisson

Chef de projet réhabilitation

lechampdespossibles@gmail.com

Home