Le concept

En plus de faire pousser de la nourriture pour la soupe populaire « Capuchin Soup Kitchen », Earthworks Urban Farm entend, par divers programmes détaillés ci-dessous, lutter contre le manque de nourriture, la pauvreté et les maladies liées régime alimentaire, en redonnant aux communautés du pouvoir et une connexion avec la terre !

Le contexte de la ville de Détroit

Cette ville a longtemps été considérée au début du XXème, comme le symbole de la prospérité et de la démocratie américaine, de part son industrie automobile triomphante. Même si à partir des années 30, la quasi totalité des constructeurs automobiles quittent la ville, c’est à partir de 1960 qu’un déclin sans précédent touche Détroit. En plus des émeutes de 1967 provoquées par la forte opposition entre la population noire venue chercher un meilleur cadre de vie à Détroit et la population blanche quittant le centre pour la banlieue, le déclin progressif de l’industrie automobile plonge Détroit dans la crise.  La combinaison de ces deux évènements a entraîné un exode important de la population. 

En 2013, Détroit est la première grande ville américaine à demander une mise en faillite, la ville ayant cumulé depuis des années une dette devenue impayable.

Aujourd’hui, alors que l’on nous faire croire que Détroit est en pleine renaissance, nous nous sommes heurtées à deux facettes de la ville :

  • la partie qui renait effectivement de ses cendres, composée des quartiers riches et majoritairement blancs et la partie défavorisée, majoritairement Afro-américaine qui subit encore cette gentrification et l’observe de loin… de l’autre côté de la ville.

Ici les locaux et gérants des différentes associations que nous avons rencontrées parlent d’agriculture urbaine comme outils pour lutter contre les causes de la pauvreté, de la faim et des maladies liées aux régimes alimentaires. En effet, dans le contexte énoncé ci-dessus, c’est une question de survie de remettre aux gens les outils et le pouvoir pour créer un système alimentaire sain, local et durable, pour les rendre indépendants et pour les aider à lutter face au racisme prépondérant dans cette ville.

Au vu des différents changements que les villes françaises et notamment Paris subissent, devons nous tirer la sonnette d’alarme ?  Prudence face à la gentrification ?

L’Origine du projet

La soupe populaire Capuchin Soup Kitchen a été créée en 1929. Aujourd’hui, l’association sert des repas 2 fois par jour, 5 jours par semaine. En tout, 4 000 repas sont servis à chaque service. Les personnes venant à la soupe populaire ont en plus accès à des douches et au lavage de leurs affaires. Elle gère en plus divers programmes:

  • une boulangerie de réinsertion

  • une maison transitoire après le centre de désintoxication

  • un programme après l’école

Il y a 20 ans, le frère Rick Samyn faisait la liste de courses pour la soupe populaire quand un enfant lui a demandé « Dans quelle station essence vas-tu aller pour acheter la nourriture ?»
Rick a eu une révélation sur le besoin de changer la vision des jeunes sur l’origine de la nourriture. Au début il créée un petit jardin où les enfants viennent étudier les bases de l’agriculture, puis le programme Earthworks a évolué. Aujourd’hui c’est :

  •  3 terrains dont 2 serres
  • -1 hectare de culture
  • près de 7 tonnes de nourriture par an

En plus de sa fonction primaire qui est de faire pousser de la nourriture pour la soupe populaire Capuchin, Earthworks Urban Farm gère différents programmes :

  • Un magasin de vélo communautaire pour aider les gens à réparer leur vélo

  • Un programme pour adultes qui existe depuis 7 ans : pendant 24h par semaine pendant 9 mois, 12 personnes apprennent les rouages de l’agriculture urbaine pour trouver un travail dans ce domaine ou alors monter leur propre business

  • Participation au programme de la ville « Garden Ressource Program » : pour 10 dollars par an, des fermiers de Détroit reçoivent des plantes, des graines et des cours sur des sujets variés.

  • Un jardin réservés aux gens venant à la soupe populaire pour qu’ils puissent cultiver un bout de terrain et des légumes