Le concept

Association agissant pour le nettoyage des déchets au Népal, l’éducation des enfants et la réduction de la pollution atmosphérique

Stages/Bénévolats

Intéressé par la gestion des déchets et l’environnement, mais plus encore, le stagiaire doit comprendre le contexte local. Cette organisation a besoin de travailleurs passionnés et qualifiés.

Nous avons rencontré Amod à Katmandou, dans le bureau de Clean Up Nepal. Il est membre du conseil d’administration et travaille sur ce projet à temps plein.

Cette association a été fondée par le Dr Neelam Pradhanananga après ses études à Sydney où elle a découvert le mouvement du “Clean Up” (nettoyage des espaces). Réalisant un doctorat sur la culture népalaise, elle est allée au Népal et a été choquée par la quantité de déchets dans les rues. Elle a commencé les clean up en 2011 et s’est associée au World Clean Up Day en 2013.

Lors de la première journée de clean up en 2014, elle attendait 500 personnes. Mais 15 000 sont venus. Cela a montré l’inquiétude du peuple népalais sur le sujet.

Suite à ces événements, en 2015, l’ONG a été créée et ils ont commencé à travailler sur différents sujets : “Pourquoi les ordures sont-elles ici ?”, “Quel est le système de collecte des ordures ?”. Ces questions nécessitent des réponses afin de pouvoir résoudre le problème de la gestion des déchets à Katmandou. Ils continuent à participer aux nettoyages mais mettent l’accent sur le changement des mentalités par l’éducation.

Leur premier objectif est d’aider Katmandou à résoudre son problème de gestion des déchets. Mais le travail nécessaire dans les villages est complètement différent, alors ils s’en tiennent à l’éducation de la population pour l’instant. En effet, aucun système de transport n’est mis en place pour évacuer les déchets qui sont alors enterrés ou brûlés sur place.

Comprendre le contexte est essentiel

Dans la rue, beaucoup de produits de tous les jours n’ont pas d’emballage recyclable, comme les paquets de chips ou encore les emballages de bonbons. Ils ont essayé de discuter avec les grandes industries népalaises de leurs emballages et de la façon dont ils pourraient faire la transition vers des emballages plus durables. Mais l’emballage utilisé pour leurs produits est le moins cher disponible et même un léger changement aurait un très fort impact sur les prix. Pour Amod, la seule solution est la pression des consommateurs.

Depuis plus de 35 ans, le Népal est soutenu par des ONG qui tentent de résoudre ces problèmes. Mais une mauvaise connaissance et compréhension du contexte local conduit souvent à des actions inefficaces, c’est pourquoi une action locale est le seul moyen de trouver une solution à long terme.

Le système de gestion des déchets du Népal

L’une des premières choses que Clean Up Nepal a dû faire a été de comprendre le système local.

Les déchets de Katmandou sont traités par deux parties prenantes majeures :

  • Plus de 33 entreprises privées font le tour de Katmandou et collectent les déchets. Ils les séparent et vendent ce qui peut être vendu. Vous devez payer une carte de membre (260 NPR par cuisine soit 2,09€) pour que vos déchets soient collectés tous les mois. Cet abonnement est obligatoire, ainsi certaines entreprises aident la police à identifier les personnes qui brûlent encore leurs déchets pour en faire de nouveaux membres de leur système de collecte.
  • Les travailleurs informels font du porte-à-porte pour collecter des déchets. Ils paient pour ramasser des déchets recyclables qu’ils peuvent ensuite revendre à des entreprises de recyclage.

Ces deux systèmes sont en bonne cohabitation pour le moment et de nombreux ménages utilisent les deux simultanément. Clean Up Nepal travaille avec la municipalité pour trouver un moyen d’obliger les gens à trier leurs déchets. Ce faisant, plus de déchets pourraient être recyclés, l’adhésion pourrait être moins chère et les ramassages pourraient être plus fréquents.

Comment l’association agit-elle ?

Clean Up Nepal est une équipe de 7 membres du conseil d’administration qui dirigent des stagiaires et des bénévoles, travaillant activement sur trois projets majeurs :

Une carte des déchets du Népal

Une application centralisant les informations sur le système de gestion des déchets à Katmandou. Avec des informations telles que : où sont les poubelles les plus proches, quelles sont les entreprises qui séparent leurs déchets, quand vos déchets doivent-ils être ramassés….

Cette application s’adresse au gouvernement, aux entreprises de gestion des déchets et au public. Ce devrait être un moyen d’entamer un dialogue entre les entreprises de gestion des déchets et le public. L’application aide également les sociétés privées de gestion des déchets à identifier les ménages qui n’ont pas encore souscrit à leurs services.

Zéro déchet à l’école

Après avoir essayé d’enseigner à des communautés entières, ils se sont rendu compte que la meilleure façon était de commencer avec la jeune génération. Ils ont élaboré un programme pour enseigner aux élèves, aux enseignants et au personnel de l’école et collaborent avec le gouvernement pour l’inclure dans le programme scolaire. Tous apprennent à entreposer les déchets de papier pour qu’ils puissent les ramasser et même en tirer un peu d’argent. Pour financer ce projet, ils gagnent de l’argent dans des écoles plus riches pour enseigner le programme dans des écoles plus pauvres.

Ils diffusent des petites vidéos et des dépliants remplis de conseils pour gérer les déchets avec des personnages animés népalais afin que les enfants puissent s’identifier. Le travail avec les enfants les aide à rester motivés parce que le changement dans leur comportement est immédiatement visible. Ils suggèrent de nouvelles idées et apprennent à leurs parents à changer leurs habitudes.

Programme de lutte contre la pollution atmosphérique

La topographie de la vallée de Katmandou emprisonne l’air au-dessus de la ville, causant de nombreux problèmes de santé. Seulement 5% de la pollution de l’air de Katmandou est causée par la combustion des déchets, il faut donc agir dans d’autres domaines. Ils essaient de trouver un moyen de réduire les émissions des véhicules en dirigeant une collaboration entre le service des routes, le service de police et le service des transports.

Et pour l’avenir ?

Leur but n’est pas de se développer, mais d’accomplir la mission qu’ils se sont donnée en 10 ans. Entre-temps, ils veulent offrir des possibilités aux personnes qui travaillent au sein de l’organisation. Ils veulent que de nouveaux leaders les aident à développer le projet avec des idées nouvelles et de la motivation.

L’association est actuellement financée par 5 organismes. Ils ne reçoivent des fonds que pour des actions spécifiques et ils espèrent être plus indépendants à l’avenir. La transition vers une entreprise sociale pourrait être une solution.

Dès le début, l’équipe de Clean Up Népal a décidé que faire des clean up n’était pas suffisant. Quel est l’intérêt de le nettoyer si tout est sali à nouveau le lendemain ? Pour aider à résoudre ce problème pour de bon, ils cherchent maintenant à amorcer une prise de conscience basée sur la recherche de solutions.

Un contact

Home Page

 

amod.karmacharya@cleanupnepal.org.np